Alfred Manessier

Alfred Manessier est un peintre non figuratif français, un des maîtres de la Nouvelle École de Paris



Catégories :

Peintre français du XXe siècle - Peintre abstrait français - Peintre non figuratif français - Art sacré contemporain - Peintre d'art sacré - Peintre de vitraux - Verrerie - Graveur français - Naissance en 1911 - Naissance dans la Somme - Décès en 1993

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • , Alfred Manessier est inscrit à l'École des Beaux-Arts d'Amiens pour... en marge de ses études, à copier des œuvres de Tintoret, Titien, Rubens, ... (source : maison-triolet-aragon)
  • Le peintre Alfred Manessier est mort le 1er août 1993 des suites d'un accident... de son œuvre dans les galeries nationales du Grand Palais à Paris, ... (source : universalis)
  • Alfred MANESSIER est incontestablement, probablement avec André... Il multiplie les œuvres consacrées à la baie de Somme, aux... (source : picardie.profs.hg.free)
Alfred Manessier
Alfred Manessier en 1971
Alfred Manessier en 1971

Naissance 5 décembre 1911
Saint-Ouen (Somme)
Décès 1er août 1993
Orléans
Nationalité Drapeau : France France
Activité (s) Artiste-peintre
Formation École nationale supérieure des beaux-arts (1931-1935)
Mouvement artistique Nouvelle École de Paris
Œuvres connues vitraux de nombreuses églises
Récompenses Premier Prix de Peinture à la Biennale de Sao Paulo (1953), Grand Prix de Peinture de l'Institut Carnegie (1953) et de la Biennale de Venise (1962)

Alfred Manessier (né le 5 décembre 1911 à Saint-Ouen dans la Somme, mort le 1er août 1993 à l'hôpital d'Orléans-La Source, inhumé dans le cimetière de son village natal) est un peintre non figuratif français, un des maîtres de la Nouvelle École de Paris

La vie et l'œuvre

Alfred Manessier naît le 5 décembre 1911 à Saint-Ouen (Somme). Il est le fils de Blanche et Nestor Manessier. Il passe sa petite enfance chez son grand-père dans le faubourg de Thuison à Abbeville. Il réalise ses premières aquarelles en 1923 au Crotoy.

Après des études à l'École des Beaux-Arts d'Amiens (1924-1930) puis à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en section architecture (1931-1935). Parallèlement, il réalise des copies au Louvre. Après une initiation à la fresque lors d'un bref passage dans l'atelier de Bissière à l'Académie Ranson (1935), il part au Service Militaire. Il se consacre à la peinture, avant de découvrir la tapisserie et le vitrail.

Dans les œuvres de jeunesse, les influences de l'impressionnisme, du cubisme tardif, du surréalisme et du fauvisme se font sentir. Cependant, comme l'ensemble des grands peintres, Manessier s'est mis en premier lieu à l'école des maîtres : Tintoret, Titien, Renoir, et en particulier Rembrandt dont l'esprit se retrouve dans un autoportrait. Et c'est en s'exerçant à copier leurs œuvres au musée du Louvre qu'il fait, devant La pourvoyeuse de Chardin la connaissance de Jean Le Moal.

En 1937, sous la responsabilité de l'architecte Félix Aublet et de Bissière, il exécute en collaboration avec Bertholle et Jean Le Moal des décorations monumentales pour l'extérieur du pavillon des chemins de fer de l'Exposition internationale des Arts et Techniques de Paris. En 1938, il s'installe à Paris et épouse Thérèse Simonnet.

L'œuvre de Manessier se déploie pleinement à partir du moment où il découvre l'obligation de se consacrer à la peinture non figurative. Proche de l'art abstrait, il est cependant préférable de le qualifier de peintre non figuratif, comme nous le verrons. Les œuvres de Manessier sont en effet profondément ancrées dans la réalité, même quand elles ne sont pas directement allusives. Ce ne sont jamais des constructions gratuites : elles s'organisent toujours autour de références plus ou moins explicites à des lieux, des événements politiques, des méditations sur les textes sacrés. Le Salve Regina de 1945 est représentatif de la découverte de cet accord spécifique entre les émotions et les formes sensibles.

En 1943, Manessier accompagne l'écrivain Camille Bourniquel au monastère de Soligny-la-Trappe pour une retraite. Au cours de ce séjour, une profonde transformation spirituelle s'accomplit en lui, et il est pénétré par une foi qui ne le quittera plus jamais. Son œuvre s'en trouvera marquée sur le plan thématique comme sur le plan stylistique. Sa méditation sur les grands textes du Christianisme ne peut se transposer dans les représentations classiques. La non figuration s'impose pour donner une forme sensible à ses émotions. Ce Christianisme, toujours lié à un humanisme sincère, s'exprime dans de nombreuses œuvres : La Passion selon Saint Matthieu (1948), La couronne d'épines (1950), La nuit de Gethsémani (1952), la série des Passions (1986). Le thème de Pâques est privilégié, la mort, pour Alfred Manessier, ne pouvant être pensée et évoquée qu'en relation avec la Résurrection.

En 1945 Manessier expose au premier Salon de Mai dont il est membre fondateur. Il crée en 1948 ses premiers vitraux aux Bréseux : il s'agit des premiers vitraux non figuratifs posés dans une église. L'année suivante, il réalise sa première exposition personnelle à la galerie Jeanne Bucher à Paris.

Profondément imprégné dès son enfance par les paysages et la lumière de la baie de Somme, il consacre de nombreuses toiles aux méandres et reflets du fleuve, au littoral picard, aux ports du Nord : Espace matinal (1949), Mer du Nord (1954), Morte-eau (1954), Souvenir de la baie de Somme (1979). Certaines études pour les paysages de la baie de Somme, pour les Marée basse retrouvent les teintes délicates des œuvres de prime jeunesse : dans telle étude de 1979, réapparaissent les tons subtils que prend l'eau dans L'Etale, huile sur carton des années 1920, digne, mais aussi bien d'autres, d'un Johan Barthold Jongkind.

La nature est présente aussi dans les œuvres nées de ses regards sur les Pays-Bas, la Provence, l'Espagne, le Canada, la Beauce, le Canada : Petit paysage hollandais (1956), Joie champêtre (1974), Terre espagnole, Vers Jativa, Paysage esquimau, Soleil d'hiver, Givré, Alleluia des champs, La Mancha d'octobre, Avril en Beauce, Moissons I et II. Manessier voyage énormément et s'imprègne des spectacles naturels jusque dans le détail. Observateur remarquable il retrouve longtemps après des éléments qui l'ont frappé, et il les transcrit avec une rare fidélité.

Sensible à l'ensemble des événements au cours desquels l'homme cherche à meurtrir l'homme, Manessier est , dès sa jeunesse, attentif aux tragédies du XXe siècle, de la montée du nazisme à l'assassinat de Mgr Romero, en passant par la répression du soulèvement hongrois, le procès de Burgos. Cette souffrance se retrouve dans des tableaux tourmentés, contrastant avec l'évocation sereine de la nature. Requiem pour novembre 56 (1956), Hommage à Martin Luther King (1968), Hommage à Mgr Romero (1980), Le procès de Burgos, Viêt Nam Viêt Nam, Le 11 septembre 1973, Pour la mère d'un condamné à mort.

L'atelier des tisserands Plasse Le Caisne en 1967 lors de la réalisation de la tapisserie Hymne à la joie pour la salle des mariages du nouvel Hôtel de ville de Grenoble

Intéressé par la tapisserie dès la fin des années 1940 (La construction de l'Arche, 1947, La forêt en janvier, 1949), c'est la rencontre du couple de tisserands Plasse Le Caisne qui incite Manessier à se consacrer davantage à ce support. Des œuvres monumentales, riches de couleurs jusque dans le détail, vont naître : Chant grégorien (1963-1969), Vers l'espace sous-marin (1964), Espace sous-marin (1964, Hymne à la joie (1967), La joie (1968), les douze tentures sur le thème des Cantiques spirituels de Saint Jean de la Croix (1969-1971), L'accueil, (1984), entre énormément d'autres.

Le vitrail, dont lui parle Georges Rouault en 1947, tient aussi une place majeure dans la production artistique de Manessier. S'il utilise la dalle de verre dans l'architecture moderne, comme à Hem (Nord), c'est la technique du verre antique et plomb, sans grisaille, qu'il adopte dans les architectures anciennes. Particulièrement respectueux des gens de métier, il a su se mettre à l'écoute des tisserands Plasse Le Caisne qui l'ont fait profiter de leur savoir et de leur expérience. De même, il s'est positionné à l'école des maîtres verriers, comme François Lorin, pour parfaire ses choix esthétiques définitifs. C'est cette profonde connaissance des différentes possibilités techniques qui a permis à Manessier de déployer son art dans les domaines de la peinture de l'aquarelle, de la lithographie, de la tapisserie et du vitrail.

Son intérêt passionné pour le vitrail le conduit à créer avec Jean Bazaine l'Association pour la Défense des Vitraux de France à la suite du scandale des restaurations abusives de la cathédrale Notre-Dame de Chartres. Les atteintes aux œuvres d'art sont , en effet, pour lui tout autant de crimes contre les hommes, contre la vie de leurs créateurs qui nous parcourt lorsque nous les contemplons, contre les hommes à qui elles sont offertes pour qu'ils puissent s'en nourrir.

La première commande fut celle des vitraux de l'église Sainte-Agathe des Bréseux en 1948. L'installation de ces verrières a constitué un acte fondateur pour l'art sacré : après bien des polémiques, le vitrail non figuratif prenait place dans les églises, reconnu digne d'enrichir le monument sans en dénaturer la fonction sacrée. Manessier a aussi réalisé les vitraux de la crypte de la cathédrale d'Essen, de la crypte de l'église Saint-Gereon à Cologne, des églises de Brême, les cathédrales de Fribourg (Suisse) et de Saint-Dié-des-Vosges, les églises de Pontarlier et Locronan (Bretagne), etc. Cet aspect de son œuvre trouve son apogée et son achèvement dans les verrières de l'église du Saint-Sépulcre d'Abbeville, dont l'installation était presque terminée pour l'inauguration en mai 1993. En ce dernier lieu, plus que dans tout autre édifice ancien, il a su faire en sorte que ses œuvres ne s'imposent pas au détriment de l'architecture, et vont même jusqu'à en souligner et quelquefois révéler l'intérêt esthétique. Il partage cette capacité d'offrir aux pierres des églises une nouvelle naissance plutôt que d'en faire un cadre relégué au second plan, un décor sans âme, avec ses amis Jean Bazaine, Jean Le Moal et Elvire Jan qui furent à plusieurs reprises ses collaborateurs dans des réalisations majeures.

Signature de Manessier

L'œuvre de Manessier a été couronnée par des prix internationaux. Choisi pour la Biennale de Venise en 1950, le Grand Prix de Peinture lui est attribué en 1962, tandis que Giacometti obtenait le Grand Prix de sculpture. Manessier est le dernier peintre français ainsi récompensé, après Matisse, Jacques Villon, Raoul Dufy… Il exposait des œuvres de grand format sur les thèmes de la Passion et de Pâques. En 1953, il reçoit le Premier Prix de Peinture à la Biennale de Sao Paulo, et en 1955 le Grand Prix de Peinture de l'Institut Carnegie de Pittsburgh.

Le 28 juillet 1993, il est victime d'un accident de la route dans le Loiret, et il meurt le 1er août 1993 à l'hôpital d'Orléans la Source. Le 5 août, ses funérailles ont lieu dans l'église du Saint-Sépulcre d'Abbeville. Il est enterré dans son village natal.

Sur son chevalet reste inachevé Notre amie la mort selon Mozart, ultime méditation picturale sur un passage d'une lettre de Mozart à son père.

Les formes

L'atelier d'Alfred Manessier à Émancé en 1969

Un radical changement d'orientation esthétique, contemporain de sa conversion, lui fait prendre place, avec le Salve Regina de 1945, parmi les plus grands noms de la peinture non figurative du XXe siècle.

Une œuvre abstraite (un tableau de Mondrian, par exemple) ne peut être une œuvre d'art sacré, dans la mesure où il ne se réfère à rien d'autre qu'à lui-même. L'œuvre non figurative est aussi signe d'elle-même, comme toute œuvre d'art, mais le refus de la représentation directe d'un événement laisse filtrer les indices de ce qui a touché la sensibilité de l'artiste. C'est parce qu'il ne peut pas parler, mais qu'il a quand même à dire, que Manessier débute un tableau et cherche à exprimer l'ineffable qui l'a tout à coup habité. La rencontre avec le sacré n'est plus décrite (la description conduisant fréquemment à une désacralisation), mais manifestée. Chez Fra Angelico le sacré s'entrelace dans les scènes, ce que l'évolution de la peinture au XXe siècle ne permet plus, à quelques notables exceptions près, comme Georges Rouault. L'art non figuratif autorise une ouverture sur l'indicible fulgurance de la rencontre avec Dieu. Et si Manessier étend ce choix au traitement de la nature et des faits humains, c'est que sa sensibilité lui fait percevoir qu'il y a dans la nature quelque chose qui dépasse la vision première, qu'il y a dans l'homme quelque chose qui dépasse l'homme. "Tout est plein de dieux", disait Héraclite.

Les œuvres de Manessier sont en premier lieu structurées par la "grille cubiste", qu'il s'agisse d'art sacré ou d'évocations de la nature.

Tableaux : La Passion selon Saint Matthieu (1948), Recueillement nocturne (1952), La 6e heure (1957-1958) qui a comme origine la transformation à horizontale de La Passion selon Saint Matthieu, sans oublier la série des aquarelles Baie de Somme (1955).

Tapisseries : Le Christ à la colonne (1948), Les signaux marins (1952).

Vitraux : église des Bréseux (1948-1949).

Les tableaux de la baie de Somme de 1953-1954 s'ordonnent selon une géométrie particulièrement marquée, souvenirs des sinuosités du fleuve. De grandes lignes monochromes, sombres ou claires, cernent les tons délicats et presque pastel des miroitements de l'eau. Ces structures seront à nouveau exploitées dans les années 1980, avec une palette plus riche.

Au cours des années 1960, avec le grand triptyque L'Empreinte (1962), la répartition des couleurs devient plus complexe, s'organisant selon des lignes diagonales, obliques. Les contours, jadis soulignés, font place à des éclatements de lumière. Initialement prises dans de larges réseaux noirs, les couleurs s'en libèrent jusqu'à les enserrer à leur tour. Les rythmes sont variés, même dans les résurgences de structures anciennes.

Hommage à Miguel de Unamuno (1965), Hommage à Martin Luther King (1968), Le chenal, port de Hourdel (1970), Souvenirs de la baie de Somme II (1979), Derniers rayons sur la baie de Somme (1984-1989), les aquarelles des Hortillonnages (1989), Rivière picarde (1982), Prairie (1982).

Les sables de la Baie de Somme selon lesquels Manessier a réalisé une suite de lavis autour de 1981-1983

Quelquefois les tons sombres disparaissent entièrement pour laisser place à de riches éclatements de couleurs : Joie champêtre (1974), Hymne à la joie (1988), Hommage à Don Alfonso Roig (1987).

Une même évolution structurelle s'accomplit dans les tapisseries. Même si les noirs viennent griffer les couleurs dans La nuit (1966), ils ne les capturent plus. Et ils disparaissent dans Hymne à la joie (1967), Feu de joie (1974), Moissons (1976), Concerto en orange (1979).

Son attrait pour le vitrail ne s'explique peut-être pas uniquement par les possibilités qu'offre le verre coloré, mais également par le fenestrage. Il faut en effet noter la naissance plus fréquente que chez d'autres peintres d'œuvres "verticales", dont le regard suit l'étirement et se trouve nommé vers le haut.

La pensée

Nous pensons hors du temps, et si les œuvres d'art nous semblent intemporelles (atemporelles), c'est qu'elles participent de la pensée. Lorsque bien même elles exaltent la nature, elles ne procèdent pas d'une spontanéité naturelle.

La nature

Gorges du Verdon (Provence). En 1958 et 1959 les paysages de Provence sont à l'origine d'une série de dessins et de nombreuses peintures de Manessier

Un critique parle, pour Manessier, de «provocation» de la nature[1]. En effet, Manessier se sent "engendré" à peindre par la nature, dès sa jeunesse. Dans l'œuvre peint et dans l'œuvre tissé un réel hommage à la nature se fait jour. Les teintes, les lumières sont le fait d'un regard émerveillé et scrupuleux. Toujours étonné par l'inépuisable foisonnement des formes, Manessier exprime comme une gratitude dans ses œuvres. Et quand il évoque les personnalités qu'il admire, il s'agit fréquemment d'hommes qui ont entretenu une relation avec divers aspects de la nature : Camille Corot, Claude Monet, Teilhard de Chardin entre autres.

La réalité urbaine

Cependant, comme il serait erroné de diminuer l'Impressionnisme à des spectacles exclusivement champêtres, il serait faux de diminuer l'œuvre de Manessier à des visions bucoliques. Entre la nature, au sens banal du terme, et le drame humain, se dressent les paysages urbains : favellas brésiliennes (1979-1983), tours de la banlieue parisienne (1987-1990), villes algériennes… Nous trouvons là des visions crépusculaires, nocturnes procédant d'une fascination nuancée d'inquiétude devant des habitats amoncelés où l'inhumanité le dispute trop fréquemment à la pauvreté.

Le drame humain

Une sereine attention portée à la nature pourrait nous rassembler si notre humanité ne nous était rappelée aussi par les tragédies de l'Histoire. Frappé de plein fouet par les crimes, Manessier découvre particulièrement tôt en lui un devoir de s'indigner. Le nazisme, le franquisme, la répression du mouvement de libération à Budapest, la guerre du Viêtnam, les assassinats de Martin Luther King et de Mgr Roméro dans son église, l'arrachent à l'attentive observation des lumières naturelles. Cependant Manessier ne se replie pas sur un pessimisme angoissé. Dire l'inacceptable n'est pas s'y complaire.

Le procès des militants basques à Burgos en 1970 conduit Manessier à une œuvre emblématique. Il ne prend pas position sur le bien fondé de l'action révolutionnaire. Son point de vue n'est pas celui d'un politologue. La générosité simple, sincère, spontanée, dont il fait preuve dans la vie quotidienne, avec cette émouvante façon d'accueillir l'autre comme s'il était attendu de toute éternité, - cette générosité se retrouve dans les œuvres fougueuses où il exprime son horreur de ce qui tend à tuer l'espoir. Il est chrétien, mais il ne se soucie pas de qui arbore le crucifix : les crimes de la victime n'excusent pas ceux du bourreau, et tout assassinat est assassinat de Jésus.

Les rouges et les noirs de la Passion selon Saint Matthieu (1948), de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ (1952) s'organisaient comme des constructions théologiques. Dans Le Procès de Burgos (1970-1971), la presque disparition des bleus laisse place à un grand mouvement tragique et véhément. La souffrance, ici, n'est plus conceptualisée mais vécue par empathie, et elle se manifeste dans la forme déchirée d'une sorte de grand Christ noir baignant dans son sang.

La foi

Manessier s'est toujours défendu d'être un "peintre religieux". Lui-même dit que les œuvres d'art sacré sont quelquefois dépourvues d'une toute dimension religieuse, qui, par contre, elle se retrouve dans l'œuvre de Camille Corot. L'art sacré n'a plus pour vocation d'instruire le peuple chrétien. Il s'agit de communier dans l'espérance, de manifester la foi dans le triomphe de la vie. Il n'y a aucun désespoir dans les tableaux nés de la lecture des Évangiles. Et si Manessier s'est tant attaché aux thèmes de la Passion et de Pâques, c'est qu'il y voit une promesse de vie plus puissante, plus insistante que dans l'Annonciation ou l'apparition du Christ.

Sa dernière œuvre, inachevée, Notre amie la mort selon Mozart (1993) est une grande toile verticale (300 x 80 cm). Sous un voile particulièrement clair semé de touches de couleurs variées, couvre un fond rouge, lui-même particulièrement nuancé. La mort est , pour Manessier, inséparable de la Résurrection. Le suaire part en lambeaux légers comme des dentelles, et la mort s'efface. Les mêmes couleurs qui explosaient dans Joie champêtre en 1974, véritable hymne à la nature, réapparaissent assagies, domestiquées, enrôlées dans la croisade contre la mort. Le fait même que le tableau n'est pas terminé est comme un symbole de l'offrande permanente que forme l'œuvre de Manessier qui se présente, jusque dans les dénonciations du mal, comme une épiphanie de la vie.

Manessier schema.png

Notes et références

  1. Manessier, Éditions Galerie de France, 1970, préface de Michel-Georges Bernard, Nature et peinture dans l'œuvre d'Alfred Manessier, p. 11

Les œuvres d'Alfred Manessier

Monogramme de Manessier

Pour ne pas alourdir le présent article, cette liste fait l'objet d'un article spécial, merci de vous référer aux listes suivantes :

Les amis peintres d'Alfred Manessier

Alfred Manessier compte parmi ses amis les artistes Henri-Georges Adam, Jean Bazaine, Jean Bertholle, Roger Bissière, Eudaldo, Hans Hartung, Charlotte Henschel, Elvire Jan, Jean Le Moal, Edouard Pignon, Gustave Singier ou encore Zoran Mušič et Zao Wou-Ki.

Bibliographie sélective

1955-1992

Après 1992 Choix d'ouvrages postérieurs au décès de l'artiste.

Filmographie

Grandes expositions personnelles françaises

Choix d'expositions, parmi bien d'autres, ayant eu lieu à partir de 1993. Les catalogues, riches en reproductions et articles, reprennent fréquemment des entretiens avec Alfred Manessier et offrent des extraits de ses carnets personnels.

Philatélie

En hommage à Alfred Manessier un timbre reproduisant l'une de ses œuvres, Alleluia, est émis par les Postes françaises en 1981 (valeur de 4 F).

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : manessier - œuvres - alfred - arts - paris - musée - peinture - saint - vitraux - jean - textes - nature - france - églises - somme - tapisserie - galerie - 1993 - baie - passion - selon - paysages - joie - georges - pierres - peintre - prix - mort - sacrés - 1948 -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Manessier.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu