Arbre de Jessé

L'arbre de Jessé est un motif habituel dans l'art chrétien entre le XIIe et le XVe siècle : il représente une schématisation de l'arbre généalogique présumé de Jésus de Nazareth à partir de Jessé, père du roi David.



Catégories :

Art chrétien - Symbole chrétien - Iconographie

Définitions :

Hildesheim, St Michæls Church. Painted wooden ceiling, c 1200
Arbre de Jessé, ivoire, Bavière

L'arbre de Jessé est un motif habituel dans l'art chrétien entre le XIIe et le XVe siècle : il représente une schématisation de l'arbre généalogique présumé de Jésus de Nazareth à partir de Jessé, père du roi David.

Histoire

La plus ancienne représentation connue du motif de l'arbre de Jessé date de 1086. Elle apparaît dans le Codex Vyssegradensis, évangile du couronnement de Vratislav II de Bohême[1].

Iconographie

Il semble que l'origine de cette iconographie remonte à une formule du livre du prophète Isaïe Is 11, 1, «Puis un rameau sortira du tronc d'Isaïe[2], et un rejeton naîtra de ses racines». Les artistes combinent cette phrase avec la généalogie de Jésus Christ telle qu'elle apparaît dans l'évangile selon Matthieu (I, 1)  : Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham ou selon Luc (3, 23-38), généalogies dont il existait d'innombrables gloses. À propos de l'arbre de Jessé, une démarche analogue est fréquemment faite pour Marie de Nazareth.

Jessé est en premier lieu représenté couché ou à demi couché, puis assis[3], [4]. Il est fréquemment endormi, la tête soutenue par une main[5]. Cette position du dormeur est quelquefois associée à un songe prophétique concernant la descendance du dormeur. Le Moyen Âge connaissait l'épisode du Songe d'Astyage. Astyage, grand-père de Cyrus le grand, avait vu en rêve une vigne sortant du ventre de sa fille Mandane.

De même, dans la Vie de Géraud d'Aurillac d'Odon de Cluny, on trouve le récit d'un songe fait par le père de Géraud : «Tandis qu'il dormait, il lui fut donné avis d'avoir commerce avec sa femme : un fils lui naîtrait car il lui fut mandé aussi, ajoute-t-on, de lui donner le nom de Géraud, et il lui fut dit, en outre, que cet enfant serait du tout premier mérite.»[6] L'art roman montre Jessé allongé sur le sol en plein air, mais dans l'art gothique il apparaît plus fréquemment dans un lit, ou alors dans un cadre assez luxueux comme dans l'église Saint-Étienne de Beauvais dont le vitrail date de 1520.

De son flanc ou de son ventre, quelquefois de son dos[4], [7] ou plus rarement de sa bouche, sort un arbre dont les branches portent les ancêtres supposés de Jésus, surtout David reconnaissable à sa harpe, jusqu'à Marie. Le vitrail de la cathédrale de Chartres représente de bas en haut David, Salomon, Roboam, Abias et enfin Marie. S'y ajoutent selon les artistes, les textes qu'ils utilisent et la place dont ils disposent, des personnages de l'Ancien Testament, surtout les prophètes dont les exégètes du Moyen Âge pensent qu'ils ont annoncé la venue du Christ (ils sont quatorze sur le vitrail de Chartres). Au sommet se trouve Jésus, quelquefois sur la croix, quelquefois enfant sur les genoux de sa mère Marie.

Au XIIIe siècle, l'arbre se développe verticalement, et ce n'est qu'au XVe siècle qu'il commence à se ramifier latéralement[3].

Encore présent dans l'iconographie chrétienne du XVe siècle, le motif décline au XVIe siècle pour disparaître après la Contre-Réforme[3].

Les supports

L'arbre de Jessé a été un motif populaire dans l'ensemble des arts plastiques. On en trouve des exemples dans les manuscrits enluminés, la gravure, le vitrail[5], la sculpture monumentale[8], les fresques, les tapisseries ou la broderie[3].

Le manuscrit

Psautier de Scherenberg, Strasbourg, c. 1260

Le motif apparaît dans plusieurs bibles romanes, dont la Bible de Lambeth, sous forme d'une majuscule décorée au début du Livre d'Isaïe ou de l'évangile de Matthieu. La bible de Saint-Bénigne, qui date du XIIe siècle, une des plus anciennes qui nous soit parvenue, montre Jessé et les sept colombes représentant les sept dons du Saint-Esprit[9]. La bible des Capucins (dernier quart du XIIe siècle) conservée à la Bibliotheque nationale de France en est un autre exemple, l'arbre de Jessé décorant le L majuscule Liber generationis dans l'évangile de Matthieu[10].

Le roi David étant reconnu comme l'auteur des Psaumes, les psautiers étaient fréquemment illustrés d'un arbre de Jessé, surtout les manuscrits anglais, où l'arbre de Jessé s'enroule autour du B majuscule du texte latin Beatus Vir au début du premier psaume. Un des premiers exemples en est le psautier de Huntingfield, qui date de la fin du XIIe siècle. La British Library possède un très beau psautier du XIVe siècle, dit de Gorleston. Dans ces deux exemples Jessé est allongé au pied de la lettrine B. On pourrait aussi citer le psautier de Macclesfield (Fitzmuseum, Cambridge) et le Psautier et les Heures du duc de Bedford[11].

Certains manuscrits consacrent une page entière au motif, ajoutant des personnages, par exemple la Sibylle de Cumes du psautier d'Ingeburg (début du XIIe siècle).

Postérité

L'arbre de Jessé se modifie, contaminé par la popularité du thème de la sainte parenté au XVe siècle[12]. Il sert de modèle pour représenter la généalogie des familles royales[13] avant de finir par devenir le prototype de l'arbre généalogique[14].

Notes

  1. (en) Jean Anne Hayes Williams, The Earliest Dated Tree of Jesse Image : Thematically reconsidered. (La Plus Ancienne Représentation datée de l'arbre de Jessé) [1]
  2. Isaïe ou Jessé
  3. Séverine Lepape, Étude iconographique de l'Arbre de Jessé en France du Nord du XIVe siècle au XVIIe siècle, 2004, thèse soutenue à l'École nationale des chartes.
  4. Jessé assis, enluminure du XVe siècle, Paris, Arsenal, manuscrit 416 f° 7 ici
  5. Voir l'arbre de Jessé de la Cathédrale de Chartres (1140-50)
  6. Traduction du Père G. de Venzac, dans la Revue de la Haute-Auvergne, juill. -déc. 1972, p. 220-322.
  7. Église Saint-Séverin (Paris)
  8. Voir la Cathédrale Santa María de Burgos, la cathédrale de Clermont-Ferrand
  9. Bibliothèque de Dijon, Ms 12-15
  10. BnF, Paris Ms. lat 16746, f 7v
  11. British Library Ms Add 42131
  12. http ://www. salesien. com/art/jesse41. jpg
  13. Paris, BnF, Département des manuscrits, Français 5750 f° 45.
  14. Arbre et famille, Bibliothèque nationale

Voir aussi

Bibliographie

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : jessé - arbre - art - psautier - motif - jésus - manuscrits - xii - david - iconographie - généalogie - saint - bibles - isbn - père - date - apparaît - évangile - isaïe - marie - premier - quelquefois - vitrail - cathédrale - paris -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_de_Jess%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu