Émaillage du verre

L'émaillage du verre est une technique de décoration ou simplement d'impression qui consiste à peindre au pinceau, ou à appliquer par sérigraphie, un motif sur un support de verre avec des émaux — poudres vitrifiables particulièrement fines,...



Catégories :

Verrerie - Artisanat

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La technique du "fusionnage" de verres est particulièrement ancienne dans la mesure où elle était déjà utilisée pour la fabrication d'objets en verre il y a à peu près 1500 ans av... (source : atelierlaboheme)
  • C'est un verre fusible à 600°C à peu près, auquel on a ajouté un colorant nommé en terme technique "pigment". Pour que l'émail soit plus fusible que le verre, ... (source : verreonline)

L'émaillage du verre est une technique de décoration ou simplement d'impression (cas des ampoules pharmaceutiques, par exemple) qui consiste à peindre au pinceau, ou à appliquer par sérigraphie, un motif sur un support de verre avec des émaux — poudres vitrifiables particulièrement fines, colorées par des oxydes — qui cuisent et fondent à basse température, grâce à la présence d'une base fusible.

Ces poudres de verre sont mélangées en pâte à une substance huileuse comme la gomme arabique pour favoriser leur application manuelle au pinceau ; dans le cas d'une production répétitive, on utilise divers procédés comme les pochoirs ou la vaporisation, ce qui nécessite un médium qui sèche plus vite, à base de cire ou de résine. Les émaux sont plus ou moins épais selon la dilution de la pâte.

La cuisson des émaux pose rarement problème mais elle doit être bien contrôlée, en particulier quand ils sont appliqués sur du verre soufflé. Elle se conduit en dessous de 600° ; après cuisson les émaux sont transparents ou opaques selon la composition des fondants.

Historique de la technique

Cette technique dérive de l'utilisation des émaux sur métaux précieux dans l'art de la bijouterie.

Présente dans l'empire romain, elle fut en particulier pratiquée en Syrie et en Égypte avec quelquefois des décors mythologiques remarquables.

Privilégiée par le verre islamique dès le VIIIe siècle, elle s'illustrera dans des pièces coûteuses et raffinées aux compositions de plus en plus complexes, à base de fleurs, d'arabesques ou de calligraphies, comme dans les spectaculaires lampes de mosquée du XIVe siècle.

Elle a connu des développements brillants à Venise au XVe siècle, comme en atteste au Musée du verre de Murano la fameuse «Coppa Barovier», pièce nuptiale au décor figuratif élaboré, typiquement Renaissance.

En Allemagne l'émaillage perdure au XVIe et XVIIe siècles, autant dans la verrerie de prestige, comme les massifs «humpen» impériaux ou princiers, que dans la verrerie populaire comme les gobelets aux naïves scènes tirées de contes, par exemple.

Cette tradition, historiquement issue du Moyen-Orient, a été remise à l'honneur à la fin du XIXe siècle en France dans l'art décoratif par Joseph-Émile Broccard, puis par Émile Gallé. Les frères Daum l'ont aussi mise en valeur dans des décors héraldiques, paysagers ou floraux.

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : verre - émaux - technique - base - décors - émaillage - pinceau - poudres - pâte - selon - cuisson - particulier - composition - art - pièces - siècles - verrerie - émile -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89maillage_du_verre.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu