Marguerite Huré

Marguerite Huré, née en 1895 et décédée en 1967 est un maître-verrier français. Elle est reconnue comme l'introductrice de l'abstraction dans le domaine du vitrail religieux.



Catégories :

Naissance en 1895 - Décès en 1967 - Peintre de vitraux - Verrerie

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Entre 1931 et 1933, à la chapelle de l'ancien séminaire de Voreppe (Isère), construite par l'architecte Pierre Pouradier–Duteil, Marguerite Huré pousse... (source : insitu.culture)
  • Livre : Livre Auguste Perret. Marguerite Hure de Danielle Knapp, commander et acheter le livre Auguste Perret. Marguerite Hure en livraison gratuite et ... (source : chapitre)

Marguerite Huré, née en 1895 et décédée en 1967 est un maître-verrier français. Elle est reconnue comme l'introductrice de l'abstraction dans le domaine du vitrail religieux.

Elle étudie auprès du peintre verrier Émile Ader puis fonde son propre atelier en 1920. Elle participe - surtout dans le cadre des Ateliers d'art sacré - avec des artistes tels que Maurice Denis, Georges Desvallières, Marie Alain Couturier, Valentine Reyre ou encore Jean Bazaine, et avec de nombreux architectes, surtout Auguste Perret qui la fait intervenir sur l'Église Notre-Dame du Raincy, la chapelle de l'école de la Colombière à Chalon-sur-Saône et sur l'Église Saint-Joseph du Havre.

Fière de son indépendance dans un milieu plutôt masculin, certains la qualifient de "féministe avant l'heure". Elle fumait la pipe, ce qui lui a valu le surnom de «Jeune fille à la pipe».

La brique Huré

Elle a surtout mis au point la «brique Huré» (protégé par le brevet n° 303 775 délivré le 22 octobre 1930), une brique creuse blanche dont les extrémités sont pourvues de feuillures et reçoivent un verre incolore du côté intéreur et coloré à l'extérieur, servant à jouer sur les reflets lumineux pour créer une ambiance apaisante. Son procédé n'a cependant eu que peu de succès dans la mesure où elle n'a été utilisée que dans l'Église Notre-Dame-des-Missions d'Épinay-sur-Seine ainsi qu'à l'église Sofar (Liban), édifiée par l'architecte libanais Edde et actuellement détruite.

Bibliographie

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : huré - marguerite - véronique - église - verrier - vitrail - atelier - art - sacré - pipe - brique - david - maître - abstraction - religieux - 1920 - maurice - marie - alain - couturier -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_Hur%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu