Sébastien Zoude

Sébastien Zoude est né en 1707 à Namur et décédé en 1779 à Namur.



Catégories :

Naissance en 1707 - Décès en 1779 - Cristallerie - Verrerie - Maître verrier - Naissance à Namur - Industriel belge - Entreprise fondée en 1753

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Sébastien Zoude n'ont jamais fabriqué de verre pressé et ... et de Sébastien Zoude fut de transformer les verreries artisanales en verreries industrielles... (source : pressglas-korrespondenz)
  • ... Quid des verreries de Sébastien Zoude ? Entre 1761 et 1776, l'homme fut bien le premier producteur de «cristal anglais» sur le continent.... (source : archives.lesoir)
Armes des premiers Zoude : "D'azur au cormoran ravissant d'argent".

Sébastien Zoude est né en 1707 à Namur et décédé en 1779 à Namur.

Sébastien Zoude est un pionnier de l'industrie du verre dans les Pays-Bas autrichiens. Cet industriel de Namur crée son entreprise en 1753, avant la manufacture de cristal localisée à Baccarat ou les cristalleries du Val-Saint-Lambert. Avant aussi Aimé-Gabriel d'Artigues et les cristalleries de Vonêche. Sébastien Zoude produit du cristal luxueusement taillé, mais il concurrence les cristalleries anglaises, surtout Waterford. En partie grâce à son travail, au siècle suivant, au XIXe siècle, l'industrie verrière wallonne formera le troisième principal pôle de développement de l'industrie belge derrière l'industrie charbonnière et l'industrie sidérurgique et elle formera un centre mondial de production verrière [1].

Sa famille

La Sambre à Namur.

Sébastien Zoude est le fils de Pierre Zoude (1671-1708) et de Martine Parmentier. Son père est maître-batelier. Sébastien appartient à la famille Zoude, venant de Moustier-sur-Sambre, connue dès le XVe siècle, composée essentiellement de maîtres-bateliers sur la Sambre[2]. Cette famille se divise en trois blanches :

Sébastien Zoude est certes le fils d'un maître-batelier, mais son oncle Michel Zoude est maître de forges et échevin de Namur. C'est un homme riche, il est seigneur de Ferooz et Beuzet en partie. Les Zoude ne sont pas seulement des mariniers naviguant sur le réseau des voies navigables intérieures, mais également des constructeurs de péniches, depuis des siècles. Sont-ils les descendants de verriers lorrains, de Hongrois des bords du lac Balaton, ou de marins venant des Îles Britanniques ? Leurs armes sont : D'azur au cormoran ravissant d'argent. Or, le cormoran est rare en héraldique et sert à désigner les voyages d'outre-mer[5].

Biographie

Le 9 juin 1753 Sébastien Zoude obtient, de l'impératrice Marie-Thérèse Ire de Hongrie, un octroi l'autorisant à construire une cristallerie sur le site voisin de la porte de Gravière.

Le 24 novembre 1749, Sébastien Zoude est changeur, et bourgeois et juré de Namur[6].

La fabrication du verre dans la province de Namur est une branche particulièrement ancienne de l'industrie, comme nous le prouvent les collections de verres du musée archéologique de Namur, du musée d'art ancien et du musée de Grœsbeek-de-Croix. Mais, dans les Îles Britanniques, c'est le procédé du cristal qui est déjà connu depuis la fin du XVIIe siècle. En effet, la fabrication du vrai cristal est mise au point pour la première fois en Angleterre en 1676 par Georges Ravenscroft.

La production du cristal à Namur connaît un développement notoire à partir de la moitié du XVIIIe siècle, époque à laquelle François de Colnet, héritier d'une lignée de verriers, crée une cristallerie à proximité de Saint-Martin, en dehors de la porte de Buley, à Namur, en 1743. Mais cette cristallerie n'est en réalité qu'une verrerie et l'entreprise ne survit pas à la mort de son fondateur et l'installation est commercialisée à Sébastien Zoude, bourgeois de Namur. En 1745, ce dernier entreprend plusieurs voyages afin d'étudier les différentes techniques de fabrication du verre et de se familiariser avec le métier.

Le 9 juin 1753, Sébastien Zoude obtient, soutenu par Charles-Alexandre de Lorraine, de l'impératrice Marie-Thérèse Ire de Hongrie, un octroi l'autorisant à construire une cristallerie sur le site voisin de la porte de Gravière[7]. Après d'intenses recherches et des contacts avec des verriers anglais dont l'un d'eux travaille à la verrerie de Namur, Sébastien Zoude met au point une formule proche ce celle du cristal plombeux à l'anglaise. Il adapte la production aux conditions existantes dans les Pays-Bas autrichiens et perfectionne rapidement les techniques de fabrication. Les usines vont alors se multiplier à proximité des charbonnages qui fournissent un combustible bon marché.

La fabrication du verre dans la province de Namur est pour produire du verre au plomb d'une façon plus générale nommé cristal. Ce verre se compose de 1/6e de potassium, 2/6e de minium, 3/6e de silice. Le manque de bois oblige Zoude à avoir recours au charbon, il doit adapter ses techniques et met au point le dispositif de la fusion à pots couverts. La fumée dégagée par le charbon n'altère alors plus la couleur du verre.

Sébastien Zoude ne produit pas de verre pressé et ne produit que du cristal luxueusement taillé. Sébastien Zoude bénéficie même de la clientèle de Charles-Alexandre de Lorraine. En temps normal, Zoude produit pour une centaine de florins de marchandises.

Vonêche, château dans lequel une autre fameuse cristallerie prend naissance à la fin du XVIIIe siècle

Sébastien Zoude est le premier producteur de cristal sur le continent, surtout de 1761 à 1776, comme le confirment ses achats de minium. Son catalogue manuscrit et daté de 1762 appartiendra à la collection Raymond Chambon et sera conservé actuellement au Corning Museum of Glass à New york, contient 460 pièces différentes allant de l'objet ordinaire au plus luxueux. Les prix sont moins coûteux que les productions anglaises.

Le nom des Zoude occupe une place de choix dans les annales de la vie économique de la province. Dans l'histoire du sillon Sambre-et-Meuse, la verrerie est avec le charbon et la métallurgie un secteur majeur de l'activité industrielle. Forte d'une tradition verrière millénaire, cette région deviendra au siècle dernier un centre mondial de production, connu tant par la qualité des produits que par le savoir-faire de ses verriers. Ce rayonnement international, elle le doit à la somptuosité de ses cristaux, issus des cristalleries de Zoude (Namur), de Vonêche et du Val-Saint-Lambert. C'est l'histoire de grands créateurs et des grands mouvements artistiques. C'est aussi une plongée au cœur des techniques, artisanales comme industrielles, qui rend accessible à l'ensemble des mystères de la fusion, du façonnage et de la décoration du verre.

Descendance

Cette dynastie de maîtres verriers développe ses activités à Namur pendant plus d'un siècle, c'est-à-dire de 1753 à 1867.

Sébastien Zoude se marie avec Marguerite Pétiaux (1712-1785). Marguerite Pétiaux, l'épouse de Sébastien Zoude, dirige l'entreprise suite à l'internement de son mari dans une maison pour malades mentaux aisés à Bruxelles. Zoude a sous doute été victime d'un empoisonnement au plomb (maladie professionnelle) . Après le décès de Marguerite Pétiaux, en 1785, les frères Zoude décident de créer une entreprise familiale. L'acte est ratifié le 21 mars 1787 auprès de maître Derhet, notaire à Namur. Durant cette période, à cause de la qualité des verres livrés, l'entreprise n'a rien fait d'autre que survivre. Parmi les enfants de Sébastien, relevons :

La branche des verriers adopte d'autres armes, que celles des Zoude, en rapport avec son industrie : D'azur au four de verrerie d'argent, maçonné de sable et enflammé de gueules, à deux lions couronnés d'or et lampassés de gueules, accroupis et brochants sur le four, le tout sur une terrasse de sinople.

Notes et références de l'article

  1. Revue du Nord - Page 181, de Alexandre Saint-Léger, Université de Lille - France - 1910.
  2. A. E. N. Cour du Faix, 1480-82, fol. 24 et 26; 1482-88, fol. 256'° en 258
  3. Sur la famille Zoude
  4. Section française. Catalogue officiel, de International exhibition, 1862, p. 63
  5. Le Parchemin (bulletin belge d'entraide et documentation héraldique, généalogique et onomastique) 4e année n° 6, article ZOUDE (n° 951.4.97) rédigé par M. Niffle-Anciaux de Faveaux.
  6. Ramquin, C. J. R., Namur ville, A Namur : chez Guillaume Joseph Lafontaine, 1749.
  7. Porte de l'ancienne abbaye de Floreffe La vie intellectuelle à Namur sous le régime autrichien - page 153, de Th Pisvin - Namur (Belgium).
  8. Die Société Louis Zoude et Cie., Namur (1818-1867)

Liens et documents externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : zoude - namur - sébastien - verre - cristalleries - cristal - siècles - verrerie - industrie - famille - maître - entreprise - saint - verriers - fabrication - 1753 - produit - histoire - production - pays - val - lambert - sambre - françois - marie - porte - musée - archéologique - techniques - marguerite -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9bastien_Zoude.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu