Guillaume de Marcillat

Guillaume de Marcillat, est un artiste-peintre français qui a exécuté plusieurs fresques, mais qui est en particulier réputé pour ses vitraux historiés.



Catégories :

Naissance dans le Berry - Personnalité de la Renaissance - Peintre français du XVIe siècle - Peintre de vitraux - Verrerie - Peintre cité par Vasari dans Le Vite - Date de naissance inconnue (XVe siècle) - Décès en 1529

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Guillaume de Marcillat est connu par ses travaux en Italie ; de sa vie en France, nous ignorons tout... particulièrement restaurés, du chœur de Sainte -Marie-du-Peuple.... (source : universalis)
Rosace de l'église San Francesco d'Arezzo

Guillaume de Marcillat (parfois Guglielmo di Pietro de Marcillat pour les Italiens[1]) (La Châtre[2],  ? 1470 - Arezzo, 1529), est un artiste-peintre français qui a exécuté plusieurs fresques, mais qui est en particulier réputé pour ses vitraux historiés.

Biographie

Après être passé par Narbonne, il arrive en Italie avec sa technique française du vitrail, il travaille ensuite à Rome vers 1505 avec Bramante au palais du pape Jules II (où uniquement deux de ses vitraux subsistent après le Sac de Rome (1527) .

Puis il part à Cortona et ensuite à Arezzo où il a fini sa vie et où il eut pour élève Giorgio Vasari ainsi qu'à qui il apprit la peinture.

Il a mis au point plusieurs techniques du vitrail en faisant construire des fours pour rendre inaltérable la peinture des vitraux, sa propre composition de la grisaille et la réduction de l'épaisseur du verre (qu'i fait toujours venir de France) qu'il écaille pour donner l'effet «d'une pluie dorée tombée comme consolation des hommes» (Giorgio Vasari dans «Le Vite»[3]).

Son nom figure dans deux livres de comptes de 1515 jusqu'en mai 1529, trois mois avant sa mort.

Il a été enterré chez les ermites de Camaldule et leur légua toutes ses œuvres, ce qui permit à la ville de conserver les vitraux d'Arezzo.

Œuvres

Rome
Arezzo
Cortone
Pérouse
Florence
En dehors de l'Italie

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes


Giorgio Vasari cite Guillaume de Marcillat et décrit sa biographie dans Le Vite : Page ?? - édition 1568
095 le vite, guglielmo marcilla.jpg

Sources

Notes et références

  1. Vasari
  2. il est prouvé actuellement que Marcillat était de la Châtre, et que l'unique rapport qu'il ait eu avec Saint-Mibiel, c'est d'y avoir été prieur réservataire ou désignataire du modeste prieuré de Saint-Tbiébaut, où certainement il n'a jamais résidé (Léon Germain, Guillaume de Marcillat, prieur de Saint-Thiébaut de Saint-Mihiel, Nancy, 1877)
  3. Édition 1991 Newton Éd. Roma (page 645)
  4. Étude du thème iconographique par P. Perdrizet, Vierge de Miséricorde


Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : marcillat - guillaume - saint - arezzo - église - vitraux - della - san - vitrail - rome - vasari - rosace - fresques - italie - giorgio - peinture - arts - francesco - guglielmo - italiens -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_de_Marcillat.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu