Jean Bazaine

Jean Bazaine était un artiste français, figure majeure de la nouvelle École de Paris, et de la peinture d'avant-garde française du XXe siècle.



Catégories :

Peintre français du XXe siècle - Peintre abstrait - Peintre non figuratif français - Peintre de vitraux - Verrerie - Académie Julian - Naissance à Paris - Naissance en 1904 - Décès en 2001

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Illustre représentant de la Nouvelle Ecole de Paris, Jean Bazaine est célèbre pour sa peinture haute en couleur, d'où émanent poésie et spiritualité.... (source : evene)
  • Jean Bazaine est né à Paris le 21 décembre 1904, il est mort à Clamart le 4 mars 2001.... BAZAINE JEAN (1904-2001)» est aussi traité dans :... (source : universalis)
  • Jean Bazaine est né à Paris en 1904. Il fait partie des chefs de file de l'Ecole de Paris. Parallèlement à son œuvre de peintre et de dessinateur, ... (source : culture.gouv)

Jean Bazaine (né le 21 décembre 1904 à Paris – mort le 4 mars 2001 à Clamart) était un artiste français, figure majeure de la nouvelle École de Paris, et de la peinture d'avant-garde française du XXe siècle. Il était l'arrière-arrière-petit-fils de Georges Hayter, portraitiste de la reine Victoria.

Sa peinture — non figurative — est un humanisme, une abstraction qui tend vers la couleur, l'atemporel et l'épure. Ses lignes et ses aplats témoignent (comme son discours) d'une certaine spiritualité et d'une attachante poésie.

Biographie

Jean Bazaine (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain) .

Après un court passage à l'École des Beaux-Arts, Jean Bazaine fréquente en 1922 l'Académie Julian puis travaille la sculpture chez Paul Landowski. À la Sorbonne, il suit les cours de l'historien d'art Henri Focillon. C'est en 1924 qu'il commence à peindre, dessinant au Louvre ou selon nature et s'intéressant d'autre part au théâtre. Lors de sa première exposition en 1932, Bonnard lui confie : «je suis content de voir quelqu'un qui travaille dans ma voie, je suis si seul». Bazaine rencontre aussi Emmanuel Mounier et participe ensuite à la revue Esprit de 1934 à 1938. En 1937, il réalise avec Jean Le Moal une peinture murale dans le cadre de l'Exposition internationale de Paris, crée un premier vitrail pour une chapelle privée et fait la connaissance de Jacques Villon avec qui il se liera. De 1936 à 1938, il crée les décors et les costumes de plusieurs spectacles montés par Maurice Jacquemont. En 1939, Bazaine est mobilisé en Lorraine.

Chargé en 1941 de la section Arts plastiques à l'organisation Jeune France (infiltrée par les adversaires du régime de Pétain et dissoute dès 1942), Bazaine travaille surtout avec Jean Vilar et Maurice Blanchot. Avec André Lejard il organise ainsi en 1941, malgré les condamnations officielles de l'«art dégénéré», l'exposition «Vingt jeunes peintres de tradition française» (à laquelle participent surtout Bertholle, Gischia, Lapicque, Le Moal, Manessier, Pignon, Singier), première manifestation à Paris de la peinture d'avant-garde sous l'Occupation. Avec Estève il entre en 1942 à la Galerie Louis Carré qui exposera aussi Lapicque et Villon. Durant ces années Bazaine se lie avec les poètes Guillevic, Seghers, Follain, en particulier avec André Frénaud et Jean Tardieu. En 1943, il fait la connaissance de Braque qu'il rencontrera fréquemment après la Libération.

Bazaine travaille en 1941 et 1942 à la réalisation de trois vitraux pour l'église d'Assy (Haute-Savoie), construite par Maurice Novarina. L'incendie de son atelier détruit en 1945 la quasi totalité de ses œuvres antérieures à 1942. D'importantes expositions de ses peintures sont organisées en 1946 et 1947 à Amsterdam, Copenhague et Stockholm, le faisant apparaître comme l'un des peintres principaux de la non figuration. En 1948 sont publiées ses Notes sur la peinture d'aujourd'hui, réflexions principales sur la démarche de la nouvelle peinture, qui seront fréquemment rééditées ensuite. Bazaine réalise en 1951 une mosaïque monumentale pour la façade de l'église du Sacré-Cœur d'Audincourt (Doubs), en 1954 des vitraux pour son baptistère. Les séjours qu'il fait en 1953 et 1954 en Espagne, en 1955 à Rochetaillée (près de Saint-Étienne), à partir de 1956 en «Zeeland» ont chaque fois des retentissements sur sa peinture où les formes, en premier lieu vigoureusement structurées, s'assouplissent.

Église Saint-Séverin, vitrail de Bazaine

À partir de 1958 des expositions rétrospectives des peintures de Bazaine sont présentées, en Suisse ainsi qu'aux Pays-Bas, en Allemagne et en Norvège, puis en 1965 à Paris au Musée national d'art moderne. Il crée des mosaïques, en 1960 pour le bâtiment de l'Unesco à Paris, en 1961 pour le paquebot France, en 1963 pour la Maison de la Radio. En 1964, Bazaine reçoit le Grand Prix National des Arts et commence à travailler à la réalisation, achevée en 1969, des vitraux de l'église Saint-Séverin à Paris. En 1967 il organise avec Calder une exposition-vente au profit de la Croix-Rouge vietnamienne, une autre en 1968, à laquelle participe surtout Pignon, en faveur des étudiants.

Au pied de la Tour de la Liberté de Saint-Dié-des-Vosges, L'Envol de la Liberté, une fresque-mosaïque de 1999

Bazaine publie en 1973 un deuxième livre, Exercice de la peinture et réalise l'année suivante une série de tapisseries, Blasons des douze mois. Après l'opération discutable de la restauration des vitraux de la cathédrale de Chartres, il fonde en 1976 avec Manessier l'«Association pour la défense des vitraux de France». Pour la création des vitraux de la cathédrale de Saint-Dié (Vosges) qui lui est proposée, il rassemble en 1984 une équipe à laquelle participent Elvire Jan, Le Moal et Manessier. Durant les mêmes années il réalise une mosaïque pour le Sénat (palais du Luxembourg), ainsi qu'à la demande de Jack Lang la décoration en lave émaillée des murs et de la voûte de la station de métro "Cluny-La Sorbonne". En 1990 une rétrospective de son œuvre est présentée dans les Galeries nationales du Grand Palais. À partir de 1946 et spécifiquement dans les années 1970 et 1980 Bazaine a illustré de dessins ou lithographies de nombreux livres, surtout d'André Frénaud, Raymond Queneau, Jean Tardieu, Marcel Arland, Jean-Claude Schneider, Claude Esteban, Pierre Oster Soussouev, Eugène Guillevic.

Jean Bazaine est décédé le 4 mars 2001 à Clamart. Il fait partie des peintres réunis pour l'exposition «L'envolée lyrique, Paris 1945-1956» présentée au Musée du Luxembourg (Sénat), avril-août 2006 (Lune et oiseau de nuit, 1947, du musée de Düsseldorf ; Paysage, 1950 du Centre d'art Henie Onstad d'Oslo; Le Matin dans les bois, 1954) [catalogue : (ISBN 8876246797) ]. Une exposition en hommage à Jean Bazaine a été présentée au Musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables-d'Olonne en 2006.

L'œuvre

Après les natures mortes, la figure humaine, les paysages, les arbres, Bazaine oriente sa recherche vers les éléments, eau, terre, feu et air. Après 1968, son travail à pour but de la lumière.

Pour Bazaine, on ne fait pas la peinture qu'on veut, mais il s'agit de vouloir jusqu'au bout la peinture qu'on peut, celle que veut l'époque (1948).

Bibliographie

Signature de Bazaine

Écrits de Jean Bazaine

Citations

"Les grands peintres, comme l'ensemble des grands novateurs, prennent le monde dans leur main et nous le rendent différent, [... ], agrandi, élargi pour toujours. "

"L'art, avant d'être un instrument de volupté, est une affirmation des droits de l'homme. "

"Il n'y a pas en peinture de solution parce qu'il n'y a pas de problèmes. "

"La vie d'un peintre, c'est à rebours qu'elle se déroule : le peintre naît vieux. "

"La peinture est une manière "d'être", la tentation de respirer dans un monde irrespirable. "


Sur Jean Bazaine

Albums

Monographies

Catalogues

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : bazaine - jean - paris - peinture - art - isbn - musée - texte - exposition - vitraux - pierre - préface - éditeur - peintres - saint - claude - éditions - męght - andré - tardieu - église - greff - travaille - 1938 - réalise - 1942 - galerie - carré - frénaud - mosaïque -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bazaine.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu