Michel Gigon

Michel Gigon est un artiste peintre français, né le 11 septembre 1929 à Cæn, cartonnier de vitraux. Il commence sa carrière artistique en 1953.



Catégories :

Art sacré contemporain - Artiste contemporain français - Peintre français - Peintre abstrait - Peintre non figuratif - Peintre de vitraux - Verrerie - Naissance en 1929 - Naissance à Caen

Michel Gigon est un artiste peintre français, né le 11 septembre 1929 à Cæn, cartonnier de vitraux. Il commence sa carrière artistique en 1953.

Vitraux de l'Église Saint-Crépin à Château-Thierry, réalisé par Michel Gigon

Biographie

Né en 1929 à Cæn, Michel Gigon est attiré par l'art de la peinture dès l'adolescence où il copie avec une grande minutie et fidélité des œuvres de Clouet (père et fils), Raphaël, Vinci, Corot, Ingres selon des reproductions… Après des études classiques au collège Sainte-Marie de Cæn, il étudie le dessin à Paris à l'Académie Jullian. Il travaille parallèlement comme ouvrier dans différents ateliers de vitraux dont celui de Max Ingrand. Quelque temps élève du peintre Henri Dimier, il obtient en 1955, sa première commande de vitraux pour une église dévastée par la guerre (Goustranville) où sa femme, Thérèse Robail, élève à l'école des Beaux-Arts de Paris, réalisa une fresque. En 1957, il se rend en Italie et découvre l'art italien du quattrocento à la Renaissance. D'une phase préliminaire figurative, fortement influencé par Rouault, il se tourne vers l'abstraction de tendance lyrique dans la suite de Kandinsky, Pollock. Cette période abstraite et brillante sera brève. Après un voyage en 1960 aux Pays-Bas où il contemple l'œuvre de Rembrandt et de Vermeer, il décide de quitter cette voie qui ne le satisfaisait pas. Il cherche une matière lui permettant d'exprimer son message. Pour lui, en effet, la peinture n'est pas une simple décoration qui plaît à l'œil. Elle se doit d'interpeller et de porter à méditer. L'inspiration est de plus en plus puisée dans la Bible, certains auteurs mystiques (saint Jean de la Croix), Dante, Shakespeare et de nombreux poètes ou écrivains visionnaires (Baudelaire, Rimbaud, Bloy, Bernanos…). La musique et surtout celle de Bach nourrit aussi son œuvre.

Tableau collection spécifique, Titre : Ah si tu déchirais les cieux, Dimensions : 116x73, Réalisé par Michel Gigon

L'œuvre

Michel Gigon a fait de nombreuses expositions en France, Allemagne, Suisse, Japon, et Pologne. Énormément de ses peintures sont dans des collections privées en France, Suisse, Allemagne, Espagne.

«En contemplant les vitraux de Michel Gigon, on y découvre une recherche s'orientant vers deux buts différents et complémentaires. Le premier laisse apparaître à travers ses réalisations plastiques le désir de faire passer un message religieux qui se concrétise lentement et semble le mener vers un nouveau type de figuration. Le second manifeste la volonté du peintre d'accorder ses vitraux avec l'architecture qu'elle soit religieuse ou civile, ancienne ou contemporaine. En effet le style adopté par Michel Gigon pour ses vitraux est toujours particulièrement lié à l'architecture qui les recevra. Dans les édifices d'époque romane on trouvera en toute occasion des vitreries extrêmement sobres tout autant par le graphisme de leurs plombs que par la coloration retenue de leurs verres (... ). La tendance verticale fréquente de son expression traduit peut-être le cri de l'âme vers son Créateur et les Anges qui se meuvent dans ses compositions entraînent le spectateur vers son Seigneur. La vocation du vitrail dans un contexte religieux est d'amener, par sa beauté, son harmonie avec l'architecture et l'atmosphère qu'il crée, à évoquer l'Au-delà. Il est certain que l'œuvre de Michel Gigon tend vers ce but. Les vitraux de l'abbaye de Briquebec sont particulièrement sobres et cherchent à correspondre à l'idéal de Saint Bernard austère et dépouillé. Les vitraux de Château-Thierry où ceux de la chapelle du séminaire d'Aix-en-Provence évoquent les vitraux des temps passés, mais ils sont particulièrement contemporains car l'irrégularité de la coupe des verres n'aurait jamais existé jadis. La coloration soutenue par la grisaille équilibre la composition de toutes ces baies. Or ces vitraux se différencient néenmoins du tableau. Ils ne peuvent se passer des différentes lumières qui les animent et paraissent faire mouvoir leurs plombs. Le souci de créer une atmosphère priante lorsque les vitraux sont conçus pour des églises, rappelle le mystère de la lumière et sa capacité, en traversant le verre, à transfigurer l'architecture. C'est ce dont veulent témoigner les vitraux de Michel Gigon, rappelant qu'aujourd'hui comme au Moyen Âge, ils peuvent toujours avoir une fonction spirituelle.» Geneviève Bayle, historienne de l'Art.

Les vitraux de Michel Gigon en France

Dans le Nord de la France

En région parisienne

En Normandie

Dans le sud de la France

Divers

Bibliographie

Revue du centre international du vitrail - n° 4 - 2e semestre 1989 ISSN 0991-0131 Page 52 : Les peintres et le vitrail

Sur Michel Gigon

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : église - gigon - vitraux - michel - saint - paroissiale - vitrail - peinture - peintre - art - uvres - paris - vers - france - architecture - verres - lumières - cn - abbaye - chapelle - contemporains - geneviève - nord - manche -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Gigon.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/01/2011.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu